Passer au contenu principal
Message important : maintenance du système
 

IL SE PEUT QUE LE DÉLAI DE TRAITEMENT DE TA COMMANDE PAR L'ENTREPÔT ET LES DÉLAIS D'EXPÉDITION SOIENT PLUS LONGS. NOUS TE REMERCIONS POUR TA PATIENCE.

NOUVELLES COMMANDES
Nous effectuons actuellement une maintenance essentielle de nos systèmes afin d'améliorer ton expérience de magasinage.

Il est toujours possible de naviguer sur le site web, d'accéder au contenu informatif et de passer de nouvelles commandes, mais le traitement et l'exécution des commandes passées après le mardi 18 juin 2024 seront légèrement retardés. Pour l'instant, nous n'acceptons pas PayPal comme mode de paiement.

On ne te blâme pas d'être affligé, on l'est aussi! Nous faisons tout notre possible pour te l'envoyer le plus rapidement possible. Remarque : nous t'informerons du statut de tes commandes par courriel.

TRAITEMENT DES RETOURS
En raison de la maintenance en cours des systèmes, le traitement des retours sera retardé.

Bien que nous soyons fiers de notre efficacité habituelle à traiter les retours rapidement, cette maintenance affecte temporairement nos opérations. Les retours reçus dans notre entrepôt après le mardi 18 juin 2024 vont subir un retard de traitement.

Ne t'inquiète pas, on travaille fort pour finir la maintenance et on va donner la priorité au traitement de tes retours aussi vite que possible.

On s'excuse pour tout inconvénient causé et merci pour ta compréhension! Pour toute information supplémentaire, contacte le Service à la clientèle.

 
Faire défiler jusqu'en bas

Les Suspicious 6 : Notre philosophie unique

L'équipe du magazine drunk

Les Suspicious 6 : Notre philosophie unique

Il existera toujours des ingrédients que nous choisirons d'éviter en raison de nos expériences et préférences personnelles.

Par contre, notre philosophie tout à fait unique concernant les Suspicious 6 repose sur la science et elle est appuyée par la recherche. Parmi les Suspicious 6, se trouvent les sensibilisants cutanés les plus communs (qui entraînent des symptômes comme l'infllammation), les parfums, les colorants et les huiles essentielles étant les pires parmi eux. Ce fait est largement accepté dans la littérature scientifique.

Ce que nous savons au sujet du vieillissement de la peau, de la cicatrisation cutanée et des problèmes comme l'acné a évolué en raison de notre plus grande compréhension relative à la réaction de la peau en cas d'irritation. Il est aussi grandement reconnu que tout élément qui augmente l'inflammation aggrave les problèmes, comme l'acné (un trouble inflammatoire), les dommages causés par le soleil (également un trouble inflammatoire) et une texture et un teint irréguliers (qui sont tous deux entraînés et aggravés par l'inflammation). [1,5,6,7]

L'irritation et l'inflammation réduisent la capacité de guérir de la peau, tout en décimant les principales substances de soutien de la peau (collagène et élastine) et en réduisant les substances vitales se trouvant dans le manteau acide de la peau, comme les céramides, l'acide hyaluronique et les antioxydants. L'exposition à des ingrédients qui irritent et enflamment la peau rend cette dernière plus vulnérable aux dommages causés par les stress environnementaux, comme le soleil, la fumée et la pollution. [2,3]

Les irritants environnementaux déclenchent des processus inflammatoires qui provoquent des dommages cumulatifs dans la peau. Le résultat est une détérioration du collagène et de l'élastine, des troubles de cicatrisation et des effets encore plus néfastes découlant des dommages causés par les radicaux libres environnementaux. [5,6,7,13,26,37]

L'effet de l'inflammation sur la peau est cumulatif, que vous présentiez des signes d'irritation ou pas, et l'exposition répétée aux irritants contribue au fil du temps à une barrière cutanée affaiblie, une cicatrisation plus lente (y compris des marques rouges de l'acné) et un teint brouillé. [5,2,7,25,38]

Le fait d'éliminer les substances connues pour causer de l'irritation et de l'inflammation réduira non seulement le comportement cutané indésirable, mais sera aussi bénéfique à la santé globale et continue de la peau.

L'inflammation peut aussi se trouver à l'origine d'un grand nombre de «  types de peau  » avec lesquels nous nous identifions. Par exemple, une irritation peut déclencher des terminaisons nerveuses dans les pores qui à leur tour peuvent entraîner la production d'androgènes qui sont des hormones qui activent la production d'huile. [3,4]

Puisque l'acné est un trouble inflammatoire, réduire l'inflammation réduit les poussées de boutons. Par contre, si la peau continue à être irritée, l'inflammation se poursuivra aussi, en aggravant les poussées de boutons en plus de retarder leur guérison. [3,4,21,22,23,24]

La principale raison d'une peau sèche chronique est l'incapacité à maintenir des niveaux d'humidité dans la peau. L'inflammation et l'irritation perturbent la capacité de la peau à retenir les acides gras, les émollients et les autres substances indispensables qui la gardent souple et douce. Au fil du temps, l'incapacité de la peau à maintenir des niveaux sains de ces substances donne lieu à une barrière cutanée sèche, craquelée et irritée. [14,15,27]

Fondé sur la science qui le corrobore, nous croyons que l'élimination des substances qui causent l'irritation et l'inflammation réduira non seulement le comportement cutané indésirable, mais sera aussi bénéfique à la santé globale et continue de la peau. [1,2,3,4,5,6,7,13,26,27,37]

Le fait d'éliminer les substances connues pour causer de l'irritation et de l'inflammation réduira non seulement le comportement cutané indésirable, mais sera aussi bénéfique à la santé globale et continue de la peau.

Illustration d'une fleur portant une croix
HUILES ESSENTIELLES

Nous connaissons de façon globale les effets nocifs du parfum, d'origine naturelle ou synthétique, grâce à des données exhaustives sur le sujet (reportez-vous ci-dessus). Mais, les huiles essentielles sont particulièrement insidieuses en raison de leur structure chimique compliquée et de leur capacité à réagir à l'exposition à la lumière UV et à l'oxygène, ce qui multiplie leur potentiel à endommager la peau. [10,11,28]

Cela est dû à la présence d'une classe d'ingrédients connus sous le nom de furanocoumarines (psoralène) et de coumarines, qui sont principalement responsables de ce que l'on appelle une réaction phototoxique qui se produit lorsque la peau est exposée au soleil. Cette réaction peut entraîner un changement de coloration de la peau. [42,43,44,45]

Illustration d'une bouteille d'alcool portant une croix
ALCOOL

Les formules qui contiennent de l'alcool, qui figure dans les listes d'ingrédients sous alcool SD, alcool dénaturé, alcool dénat., alcool éthylique ou simplement «  alcool  », réduisent la capacité de la peau à maintenir des taux d'humidité et d'hydratation et peuvent entraîner une augmentation de la production d'huile. [4,3,24]

Bien que l'alcool rehausse la pénétration des ingrédients actifs, il y arrive en dissolvant et en décomposant les lipides essentiels du manteau acide, les substances mêmes qui préservent la santé de ta peau à long terme. [30] 

En effet, après une exposition régulière et prolongée aux formules à base d'alcool, le manteau acide de la peau n'est plus en mesure d'empêcher la pénétration de l'eau et des agents nettoyants lors du nettoyage, ce qui endommage encore plus la barrière cutanée. [31]

L'ironie de l'utilisation de traitements à base d'alcool pour l'acné ou dans des produits matifiants est que les dommages qu'ils causent entraînent une augmentation des boutons, dilatent les pores, rehaussent la production d'huile dans les pores et augmentent l'inflammation. [21,22,29]

La recherche démontre que même à de faibles niveaux, l'alcool dénaturé (éthanol) cause des dommages radicalaires cutanés. Dans une étude, de l'alcool à 3 % (les produits de soins personnels peuvent en contenir de 5 à 60 % ou plus) appliqué sur des cellules cutanées dans une simulation en laboratoire pendant une période de 48 ​​​​​​​heures a engendré une augmentation de la mort cellulaire de 26 % et une réduction des cytokines qui luttent contre l'inflammation tout en favorisant les dommages causés par les radicaux libres. Ces dommages se sont aggravés au fil de la durée de l'exposition des cellules à l'alcool. C'est-à-dire qu'une exposition de 48 ​​​​​​​heures était nettement plus nocive qu'une exposition de 24 heures, et cela avec une concentration de 3 % seulement. [32]

Illustration d'un liquide portant une croix
SILICONES

Nous évitons les silicones en raison de leur potentiel à «  piéger  » des ingrédients actifs, pour ainsi en réduire leur biodisponibilité, et parce que nous préférons des variantes qui offrent à la peau des bienfaits plus complets. Nous avons découvert que cette approche est préférée par nos clients, dont plusieurs ont indiqué que la présence de silicone était néfaste pour leur peau (causant des poussées de boutons et une apparence peu esthétique).

Illustration d'un flacon bécher portant une croix
ÉCRANS SOLAIRES CHIMIQUES

Le terme «  écrans solaires chimiques  » fait allusion à de nombreux ingrédients actifs qui offrent des niveaux différents de protection contre les rayons UVA et UVB du soleil, selon la façon dont ils sont combinés et stabilisés. Aux États-Unis, l'avobenzone, l'oxybenzone, l'octocrylène, l'octinoxate et l'octisalate en sont tous des exemples communs. [50]

Nous évitons cette catégorie d'actifs solaires parce que beaucoup de gens les trouvent irritants, particulièrement lorsqu'ils sont utilisés dans la région autour des yeux. Comme nous l'avons indiqué ici, l'irritation est problématique pour toutes les peaux, mais surtout pour les gens qui souffrent de troubles cutanés, comme la rosacée ou l'eczéma. [5,6,7,48,49,50,51]

Illustration d'un flacon de parfum portant une croix
PARFUMS ET COLORANTS

L'usage régulier de produits qui contiennent du parfum, de source naturelle ou synthétique, entraîne une inflammation chronique, ce qui endommage la production saine de collagène, aggrave les troubles cutanés indésirables (sécheresse, production excessive d'huile, poussées de boutons) et affecte la capacité de guérir de la peau. [5,6,10,11,12]

Les parfums et les colorants (aussi appelés teintures), qu'ils soient d'origine naturelle ou synthétique, représentent la principale source de réactions allergiques envers les produits de soins personnels. [11,36,41]

La réaction peut survenir immédiatement ou se développer au fil du temps; parfois, lorsque plusieurs produits parfumés sont utilisés, la peau atteint un point tournant critique et réagit soudainement, souvent de façon violente. [2,5,7]

Illustration de gouttelettes de sulfate sodique de lauryle portant une croix
SULFATE SODIQUE DE LAURYLE

Le sulfate sodique de lauryle (SSL) est considéré comme étant un tel irritant cutané complet qu'il est utilisé comme substance normative de comparaison pour mesurer la propriété irritante des autres ingrédients. En d'autres mots, dans les études scientifiques, lorsque les chercheurs veulent déterminer si un ingrédient est problématique pour la peau ou non, ils comparent son effet à celui du SSL. [33]

Dans des quantités de 2 à 5 %, le sulfate sodique de lauryle peut causer des réactions allergiques ou de sensibilisation. [46,47]

Bien que certaines personnes aiment la sensation associée à l'utilisation du SSL (propreté épurée), elle indique probablement que la peau est irritée, ce qui aggravera donc les troubles cutanés. [16]

Il est également important de noter que de nombreux nettoyants qui utilisent des surfactants agressifs, comme le SSL, possèdent un pH alcalin (c.-à-d., un pH supérieur à 8,0), ce qui peut nuire au manteau acide de la peau en causant une irritation et en augmentant la présence de bactéries comparativement à des surfactants plus doux ayant un pH qui se rapproche plus de celui de la peau (c.-à-d., autour de 5,5). [17,18,19,20]

CITATIONS

[1] Thornfeldt C. Chronic inflammation is etiology of extrinsic aging. J Cosmet Dermatol. 2008;7(1):8-82.

[2] Basketter D, Darlenski R, Fluhr J. Skin irritation and sensitization: mechanisms and new approaches for risk assessment. Skin Pharmacol Physiol. 2008.;21(4):191-202.

[3] Jeremy A, Holland D, Roberts S, Thomson K, Cunliffe W. Inflammatory events are involved in acne lesion initiation. J Invest Dermatol. 2003;121(1):20-7.

[4] Tanghetti E. The role of inflammation in the pathology of acne. J Clin Aesthet Dermatol. 2013;6(9):27-35.

[5] Baumann L. Skin ageing and its treatment. J Pathol. 2007;211(2):241-51.

[6] Puizina-Ivić N. Skin aging. Acta Dermatovenerol Alp Pannonica Adriat. 2008;17(2):47-54.

[7] Rabe J, Mamelak A, McElgunn P, Morison W, Sauder D. Photoaging: Mechanisms and repair. J Am Acad Dermato. 2006;55(1):1-19.

[10] Bakkalia F, Averbeck S, Averbeck D, Idaomar M. Biological effects of essential oils - A review. Food Chem Toxicol. 2008;46(2):446-475.

[11] Johansen J. Fragrance contact allergy: a clinical review. 2003. Am J Clin Dermatol.;4(11):798-98.

[12] Jack A, Norris P, Storrs F. Allergic contact dermatitis to plant extracts in cosmetics. Semin Cutan Med Surg. 2013;32(3):140-6.

[13] Poljsak B, Dahmane R. Free radicals and extrinsic skin aging. Dermatol Res Pract. 2012;2012:135206.

[14] Harding C, Watkinson A, Rawlings A, Scott I. Dry skin, moisturization and corneodesmolysis. Int J Cosmet Sci. 2000;22(1):21-52.

[15] Rawlings A. Trends in stratum corneum research and the management of dry skin conditions. Int J Cosmet Sci. 2003;25(1-2):63-95.

[16] Gabard B, Chatelain E, Bieli E, Haas S. Surfactant irritation: in vitro corneosurfametry and in vivo bioengineering. Skin Res Technol. 2001;7(1):49-55.

[17] Gfatter R, Hackl P, Braun F. Effects of soap and detergents on skin surface pH; stratum corneum hydration and fat content in infants. Dermatology. 1997;195(3):358-62.

[18] Korting H, Braun-Falco O. The effect of detergents on skin pH and its consequences. Clin Dermatol. 1996;14(1):23-7.

[19] Schmid M, Korting H. The concept of the acid mantle of the skin: its relevance for the choice of skin cleansers. Dermatology. 1995;191(4):276-80.

[20] Baranda L, González-Amaro R, Torres-Alvarez B, Alvarez C, Ramírez V. Correlation between pH and irritant effect of cleansers marketed for dry skin. Int J Dermatol. 2002;41(8):494-9.

[21] Kurokawa I, Danby F, Ju Q, Wang X, Xiang L, Xia L, Chen W, Nagy I, Picardo M, Suh D, et al. New developments in our understanding of acne pathogenesis and treatment. Exp Dermatol. 2009;18(10):821-32.

[22] Toyoda M, Nakamura M, Morohashi M. Neuropeptides and sebaceous glands. Eur J Dermatol. 2002;12(5):422-7.

[23] Toyoda M, Morohashi M. New aspects in acne inflammation. Dermatology. 2003;206(1):17-23.

[24] Bhate K, Williams H. Epidemiology of acne vulgaris. Br J Dermatol. 2013;168(3):474-485.

[25] Salminen A, Kaarniranta K, Kauppinen A. Inflammaging: disturbed interplay between autophagy and inflammasomes. Aging. 2012;4(3):166-75.

[26] Franceschi C, Capri M, Monti D, Giunta S, Olivieri F, Sevini F, Panourgia M, Invidia L, Celani L, Scurti M, et al. Inflammaging and anti-inflammaging: a systemic perspective on aging and longevity emerged from studies in humans. Mech Ageing Dev. 2007;128(1):92-5.

[27] Vestergaard C, Hvid M, Johansen C, Kemp K, Deleuran B, Deleuran M. Inflammation-induced alterations in the skin barrier function: implications in atopic dermatitis. Chem Immunol Allergy. 96:77-80. 2012;96:77-80.

[28] Kejlová K, Jírová D, Bendová H, Gajdoš P, Kolářová H. Phototoxicity of essential oils intended for cosmetic use. Toxicol In Vitro. 2010;24(8):2084-9.

[29] Tschiggerl C, Bucar F. Volatile fraction of lavender and bitter fennel infusion extracts. Nat Prod Commun. 2010;5(9):1431-6.

[30] Kwak S, Brief E, Langlais D, Kitson N, Lafleur M, Thewalt J. Ethanol perturbs lipid organization in models of stratum corneum membranes: An investigation combining differential scanning calorimetry; infrared and (2)H NMR spectroscopy. Biochim Biophys Acta. 2012;1818(5):1410-9.

[31] Kownatzki E. Hand hygiene and skin health. J Hosp Infect. 2003;55(4):239-45.

[32] Neuman M, Haber J, Malkiewicz I, Cameron R, Katz G, Shear N. Ethanol signals for apoptosis in cultured skin cells. Alcohol. 2002;26(3):179-90.

[33] Robinson V, Bergfeld W, Belsito D, Hill R, Klaassen C, Marks JJ, Shank R, Slaga T, Snyder P, Andersen A. Final report of the amended safety assessment of sodium laureth sulfate and related salts of sulfated ethoxylated alcohols. Int J Toxicol. 2010;29(4S):151S-61S.

[34] Kaddu S, Ker lH, Wolf P. Accidental bullous phototoxic reactions to bergamot aromatherapy oil. J Am Acad Dermatol. 2001;45(3):458-61.

[35] Yasui Y, Hirone T. Action spectrum for bergamot-oil phototoxicity measured by sunburn cell counting. J Dermatol. 1994;21(5):319-22.

[36] Nardelli A, D'Hooghe E, Drieghe J, Dooms M, Goossens A. Allergic contact dermatitis from fragrance components in specific topical pharmaceutical products in Belgium. Contact Dermatitis. 2009;60(6):303-13.

[37] Zuang V, Rona C, Archer G, Berardesca E. Detection of Skin Irritation Potential of Cosmetics by Non-Invasive Measurements. Skin Pharmacol Appl Skin Physiol. 2000.;13:358-371.

[38] Perkins M, Osterhues M, Farage M, Robinson M. A noninvasive method to assess skin irritation and compromised skin conditions using simple tape adsorption of molecular markers of inflammation. Skin Res Technol. 2001;7(4):224-37.

[39] Higgins C, Palmer A, Nixon R. Eucalyptus oil: contact allergy and safety. Contact Dermatitis. 2015;72(5):344-6.

[40] Nielsen J. Natural oils affect the human skin integrity and the percutaneous penetration of benzoic acid dose-dependently. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2006;98(6):575-81.

[41] Dinkloh A, Worm M, Geier J, Schnuch A, Wollenberg A. Contact sensitization in patients with suspected cosmetic intolerance: results of the IVDK 2006-2011. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2015;29(6):1071-81.

[42] Ibuki Y, Toyooka T. Evaluation of chemical phototoxicity, focusing on phosphorylated histone H2AX. J Radiat Res. 2015;56(2):220-228.

[43] Hata T, Sakaguchi I, Mori M, Ikeda N, Kato Y, Minamino M, Watabe K. Induction of apoptosis by Citrus paradisi essential oil in human leukemic (HL-60) cells. In Vivo. 2003;17(6):553-9.

[44] Njoroge S, Koaze H, Karanja P, Sawamura M. Volatile constituents of redblush grapefruit (Citrus paradisi) and pummelo (Citrus grandis) peel essential oils from Kenya. J Agric Food Chem. 2005;53(25):9790-4.

[45] Dugrand A, Olry A, Duval T, Hehn A, Froelicher Y, Bourgaud F. Coumarin and furanocoumarin quantitation in citrus peel via ultraperformance liquid chromatography coupled with mass spectrometry (UPLC-MS). J Agric Food Chem. 2013;61(45):10677-84.

[46] Löffler H, Pirker C, Aramaki J, Frosch P, Happle R, I. E. Evaluation of skin susceptibility to irritancy by routine patch testing with sodium lauryl sulfate. Eur J Dermatol. 2001;11(5):416-9.

[47] Löffler H, Freyschmidt-Paul P, Effendy I, Maibach H. Pitfalls of irritant patch testing using different test chamber sizes. Am J Contact Dermat. 2001;12(1):28-32.

[48] Kerr A, Ferguson J. Photoallergic contact dermatitis. Photodermatol Photoimmunol Photomed. 2010;26:56-65.

[49] Heurung AR, Raju SI, Warshaw EM. Adverse reactions to sunscreen agents: epidemiology, responsible irritants and allergens, clinical characteristics, and management. Dermatitis. 2014 Nov-Dec;25(6):289-326

[50] Moloney FJ, Collins S, Murphy GM. Sunscreens: safety, efficacy and appropriate use. Am J Clin Dermatol. 2002;3(3):185-91.

[51] Krause M, Klit A, Blomberg Jensen M, Søeborg T, Frederiksen H, Schlumpf M, Lichtensteiger W, Skakkebaek NE, Drzewiecki KT. Sunscreens: are they beneficial for health? An overview of endocrine disrupting properties of UV-filters. Int. J. Androl. 2012 Jun;35(3):424-36.

Magasinage concernant la publication